Nos tutelles

CNRS Université de Strasbourg

Nos partenaires

Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre Ecole Nationale du Génie de l'Eau et de l'Environnement de Strasbourg

Rechercher




Accueil > Production scientifique > Séminaires archivés

2018

publié le , mis à jour le

25 juin 2018
Gestion du stockage de chaleur en aquifère alluvial par modélisation numérique : développements et illustrations.
Guillaume DE SCHEPPER - chercheur postdoctoral au sein de la PME AQUALE en Belgique
résumé
Deux cas appliqués de projets géothermiques de stockage de chaleur à faible profondeur (type ATES) seront présentés. Le premier cas illustre un projet de stockage saisonnier dans un aquifère alluvial en milieu urbain. Le site d’étude se trouve au cœur de la ville de Liège, le long de la Meuse. Un modèle numérique 3D d’écoulement des eaux souterraines, couplé à du transport de chaleur, a été développé à des fins prédictives. Les données de terrain révèlent de très faibles variations de température au sein de l’aquifère lors des phases d’exploitation et de stockage, avec un taux de récupération d’énergie estimé à 45 %. L’impact du système ATES sur l’aquifère, basé sur les besoins thermiques quotidiens de futurs bâtiments, ont été simulés et quantifiés. Un scénario prédictif sur plusieurs années a notamment été simulé en régime transitoire.
Le deuxième cas est issu d’un site pilote de stockage de chaleur à cycles courts (journaliers ou hebdomadaires), également en aquifère alluvial. Une expérience de stockage de chaleur a été réalisée avec un suivi géophysique continu de l’extension du panache de chaleur par tomographie de résistivité électrique en time-lapse. Les données géophysiques collectées, en plus des données hydrogéologiques, ont servi au calibrage d’un modèle à échelle locale ; l’utilisation de données géophysiques dans le processus de calibrage permettant de contraindre le modèle et d’améliorer sa représentativité. Divers scénarios de mesures de gestion de la demande énergétique ont ensuite été simulés.
Dans les deux cas, le but des développements réalisés est d’évaluer l’utilité de la mise en place de systèmes de stockage d’énergie géothermique en aquifère pour la gestion et la production d’énergie en milieu urbain. De cette façon, les bâtiments dont les besoins en énergie thermique ou électrique sont partiellement couverts par l’énergie géothermique stockée peuvent bénéficier d’une relative autonomie énergétique.

14 juin 2018
Dynamique de l’azote à différentes échelles spatiales et temporelles. Du sol au bassin versant : Apport de la Biogéochimie Isotopique" (Dynamic of nitrogen at temporal and spatial scales. From soil to watershed : Contribution of Isotope Biogeochemistry)".
Mathieu SEBILO - Maître de conférences à l’Université Pierre et Marie Curie Paris 6

5 juin 2018
Les apports des enregistrements sédimentaires quaternaires pour comprendre le système Mer Noire - Mer Caspienne - Mer d’Aral : le point de vue d’une palynologue.
Suzanne LEROY - chercheur bénévole rattachée à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence

20 avril 2018
Surveillance géophysique des paramètres clés d’hydrosystèmes hétérogènes : les karsts.
Cédric CHAMPOLLION - Maître de Conférences au Laboratoire Géosciences de Montpellier
résumé
La géodésie et la sismologie sont utilisées depuis des années pour l’imagerie en terre solide. La géodésie (gravimétrie, inclinométrie) et la sismologie passive sont aussi des outils particulièrement adaptés pour surveiller un hydrosystème. La gravimétrie donne accès au bilan de masse, l’inclinométrie à la mise en charge des fractures, la sismologie passive potentiellement à la saturation en eau. Un intérêt majeur des mesures géophysiques et géodésiques est la possibilité de réaliser des mesures continues et distribuées spatialement.
Au travers de cette présentation, l’application de la géophysique pour la surveillance d’hydrosystèmes karstiques (Larzac, Vaucluse) sera présentée. La complémentarité des mesures géophysiques et leur assimilation dans des modèles "physiques" hydrogéologiques seront discutés.

11 avril 2018
Mise à l’échelle du flux d’évapotranspiration à l’aide d’un modèle de colonne décrivant l’interaction nappe végétation.
Emmanuel MOUCHE - Ingénieur au CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) et au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement de Gif-sur-Yvette de l’université UVSQ

résumé

29 mars 2018
Collaboration entre Université et Entreprise pour une meilleure valorisation des résultats de la recherche.
Rachida CHEMINI - Maître de Conférences à l’Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene (Alger)

résumé

23 mars 2018
Etude multi-échelle des interfaces minérales : exploration des interactions fluide-minéral-microorganismes du laboratoire au terrain / Multiscale investigation of mineral interfaces : Exploring fluid-mineral-microorganisms interactions from the laboratory to the field.
Bastien WILD - Chercheur CDD CNRS au LHyGeS

abstract

14 février 2018
Structure et dynamique de l’eau dans les milieux poreux argileux.
Eric FERRAGE - DR CNRS à l’IC2MP de Poitiers (Institut de Chimie des Milieux et Matériaux)

1er février 2018
A quelle vitesse transitent les galets d’une rivière ? Ce que nous disent le 10Be dans une rivière du Chili, et des modèles couplant évolution des paysages et transport de grain sur le long-terme.
Sébastien CARRETIER - DR IRD Géosciences Environnement Toulouse

19 janvier 2018
Ni isotopic fractionation and Ni recycling in the upper soil layers.
Isabella ZELANO - post-doctorante au CRPG-LIEC de Nancy

18 janvier 2018
Le projet Aqui-FR : un outil pour améliorer nos connaissances sur l’évolution passée, présente et future des eaux souterraines en France.
Florence HABETS - DR CNRS Centre de Géosciences de Fontainebleau